L'acrobatie aérienne de Confucius

Publié le par Nath

Dai Sijie (Flammarion)

«La journée du 1er février 1521 fut ensoleillée, à Pékin.
Dans son palais, Sa Majesté - certains lecteurs doivent connaître son surnom : la Quinte Souveraine - présida l'audience matinale pour la dernière fois.
Voilà un surnom qui mérite des éclaircissements : connu pour sa peur obsessionnelle de la mort, cet empereur apparaissait toujours, en public ou en privé, accompagné par quatre sosies qui, non seulement lui ressemblaient comme des gouttes d'eau, mais avaient atteint une telle perfection dans l'art de synchroniser leurs mouvements, leurs mimiques, leurs paroles que personne ne pouvait dire lequel d'entre eux était le vrai, pas même sa mère, ni l'Impératrice ou les concubines auxquelles il accordait ses faveurs, encore moins ses ministres.»

Commenter cet article