Les heures souterraines

Publié le par Nath

Delphine de Vigan (JC Lattès)

Ou bien elle rencontrerait un homme, dans le wagon ou au Café de la Gare, un homme qui lui dirait madame vous ne pouvez pas continuer comme ça, donnez-moi la main, prenez mon bras, posez votre sac, ne restez pas debout, c'est fini, vous n'irez plus, ce n'est plus possible, vous allez vous battre, je serai à vos côtés. Un homme ou une femme, après tout, peu importe.
Quelqu'un qui comprendrait quelle ne peut plus y aller, que chaque jour qui passe elle entame sa substance, elle entame l'essentiel.

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas.
Au coeur d'une ville sans cesse en mouvement, ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions.
Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser.
Un jour de mai.

Les heures souterraines est un roman vibrant et magnifique sur les violences invisibles d'un monde privé de douceur, où l'on risque de se perdre, sans aucun bruit.

  

 

Commenter cet article